Bio

Née à Lausanne en 1972, Bénédicte fait ses premiers dessins d’humour à l’âge de quatorze ans, pour illustrer les textes et conférences de la psychopédagogue Martine Bovay, sur des thèmes liés à l’adolescence. De 1992 à 1996, elle suit les cours de bande dessinée à l’École de recherche graphique à Bruxelles. Son Travail de diplôme réalisé en vidéo et bande dessinée obtient la plus grande distinction du jury. Entretemps, en 1993, elle remporte le 4ème prix du concours Nouveaux Talents du festival BD de Sierre.

De retour en Suisse, elle travaille dans l’animation et l’enseignement tout en poursuivant sa carrière d’illustratrice. Elle collabore, notamment au journal éphémère Saturne dans lequel elle fait ses premiers dessins d’actualité. 

Mix et Remix, rencontré au festival de Morges-sous-rire en 2006, l’encourage à lui proposer des dessins pour le journal qu’il vient de lancer : 1er degré. Seuls deux numéros de ce satirique seront publiés sur papier, mais pendant plus de deux ans, Bénédicte envoie ses dessins sur le blog du journal. C’est là que son style commence à trouver son originalité, notamment à travers une série absurde: « les grandes inventions belges », qui plaira beaucoup à Thierry Barrigue. Celui-ci lui propose, en décembre 2009, de faire partie de l’équipe des dessinateurs du petit satirique romand qui va naître : Vigousse. Le journal sera un succès et lui ouvrira les portes du dessin de presse. En 2011, Bénédicte est engagée par le quotidien indépendant Le Courrier, dans lequel elle signe le dessin éditorial. De 2012 à 2014, elle collabore avec Mieux Choisir, le journal de la FRC et dès 2013, elle dessine dans le magazine d’information L’Hebdo après le départ de Mix et Remix.

En 2014 on lui propose de reprendre, avec le dessinateur Valott, la place de Raymond Burki qui s’apprête à prendre sa retraite après 37 ans passé au journal 24 heures. Elle cesse alors les autres collaborations avec la presse pour se consacrer au grand quotidien vaudois. Elle continue toutefois à dessiner dans Vigousse et on la retrouve aussi régulièrement dans le Courrier International. 

Elle fait partie de la fondation Suisse Cartooning for Peace/Dessins pour la Paix depuis sa création et et à participé à de nombreuses expositions et publications.